Commune de Saint-Lys
Accueil » Ville » Vie municipale » Expression libre

Expression libre

Cette page est réservée à l’expression des groupes politiques qui composent le conseil municipal de Saint-Lys. Cette disposition est prise en conformité avec la loi “Démocratie et proximité” du 22 février 2002 (Article L. 2121-27-1). Les textes publiés dans cette page n’engagent que leurs auteurs.

Groupe majoritaire Saint-Lys Ensemble

Un budget dynamique, volontaire, au service de tous

Par ce budget, l’équipe majoritaire affiche ses ambitions pour l’année 2022 : un investissement soutenu, des services renforcés,
le démarrage du contrat Bourgs Centres en cohérence avec le PLU. Le tout sans augmentation de la fiscalité communale. Depuis
2016, la volonté de ne pas augmenter les taux de fiscalité est une priorité politique renouvelée en 2022.
Presque 6 millions d’investissement présentés, comme chaque année, dans le détail et en toute transparence, reprenant les
5 priorités évoquées dans le ROB 2022. La priorité toujours donnée à la jeunesse et à l’éducation au travers d’une amélioration
constante des infrastructures et équipements scolaires et des espaces pour les jeunes avec 340 000 € d’investissement.
La poursuite des rénovations des infrastructures sportives avec plus de 900 000 € programmés dont la finalisation du COSEC,
des tribunes et l’aménagement de terrains de tennis tous temps. L’enrichissement de l’offre d’animation avec la poursuite du
musée, la finalisation de l’équipement de L’Escalys et de nouvelles animations à découvrir dès ce printemps pour 260 000 €. La
sécurisation des déplacements, des personnes et des biens avec plus de 622 000€ pour la programmation des routes de Lamasquère
et de St Clar, la remise en état des voies communales et la mise en œuvre de la vidéoprotection. La finalisation du PLU et
lancement des premières études « bourgs centres », vaste chantier pour lequel des ateliers de concertations et consultations
seront programmés
Le fonctionnement avec presque 8 millions de dépenses réelles dont un peu moins de la moitié (3,6 millions) en charge de
personnels pour renforcer les services nécessaires à une commune qui approche les 10 000 habitants. Le maintien des subventions
aux associations de plus de 310 000 € et presque 100 000 € pour la culture et les manifestations permettront de soutenir
le dynamisme et la richesse associative de notre commune. Avec environ 350 000 € versés au CCAS, notre politique d’aide et de
soutien aux personnes fragilisées est confirmée. Un budget qui permet le versement de plus de 3 millions d’euros vers la section
investissement.
C’est sur ce budget ambitieux et raisonnable que l’équipe majoritaire, fidèle à ses engagements, s’appuie en 2022 pour mener à
bien les projets qui témoignent d’une commune en plein essor.
Les élus du groupe Saint-Lys Ensemble. Internet : http://www.saint-lys-ensemble.com/

Imagine Saint-Lys

Sauver la piscine

Grâce à l’action concertée de notre groupe et de la municipalité, nous avons obtenu du Muretain Agglo un budget conséquent
afin de réparer la piscine de St-Lys. En effet, le bassin a une importante fuite d’eau qui obligerait à sa fermeture définitive à court
terme. 125 000 euros devraient être investis cette année par le Muretain Agglo pour réparer durablement notre piscine qui date
de 1965. Nous resterons vigilants pour que ces travaux se fassent, car la piscine devrait ouvrir dès juillet si tout se passe bien.

Cabinets d’études.

Dans le budget adopté par le maire, nous constatons un appel constant aux cabinets d’études, fort onéreux, pour toute opération.
Ainsi nous avons eu 3 études pour les tribunes, une pour la maison de santé qui ressemble à l’Arlésienne. Cette année
encore une nouvelle étude pour la rénovation du centre bourg, alors qu’il en existe beaucoup déjà, pour la bagatelle de 50 000
euros. De nouveau 48 000 euros, pour un cabinet d’étude, sont budgétés pour le PLU, qui est au point mort, après presque 125
000 euros dépensés pour rien ! Bien sûr, nous avons besoin de ces cabinets pour aider à la décision, mais nous critiquons leur
multiplication alors que nous avons parfois des études déjà faites. Nous devrions avoir une explication précise qui justifierait
ces recours.

Pas trop vite !

Pendant ce temps, les projets d’investissement pour améliorer réellement la vie des St-Lysiens n’avancent pas : Lancé depuis
2018, le projet des logements sociaux à l’angle des rues Pasteur et de la République, malgré les sommes conséquentes engagées
par la municipalité, semble à l’arrêt tant il est mal conçu. De même, nous attendons toujours la vidéoprotection qui devait être
installée en 2021, ainsi que les garages à vélos promis pour 2020.

Vos élus d’Imagine Saint-Lys : Nicolas Rey-Bèthbéder, Nicole Dédébat, Thierry Andrau, Pascal Valière et Nathalie Cami.
Blog: Canard de l’Ayguebelle. Facebook : Imagine Saint-Lys. E-mail : imaginesaintlys@gmail.com

Saint-Lys en vie

Un budget sans ligne politique

Le Maire nous a proposé lors du conseil municipal du 4 Avril dernier un budget communal pour l’année 2022 une fois de
plus sans ligne directrice pour notre commune. Mais comment en serait-il autrement par cette équipe majoritaire dénuée de
toute réflexion à moyen terme sur le devenir de Saint-Lys. Pour preuve, le compte administratif 2021 qui atteste les recettes et
dépenses financières de l’année 2021 fait apparaître une sous-réalisation de 50% des investissements prévus au budget prévisionnel.
La majorité des financements engagés vont sur des opérations déjà en cours depuis plusieurs années (Tribunes du
rugby, Escalys, Cosec) et dont leur achèvement a pris du retard. L’épidémie du Covid n’explique pas tout dans le retard accumulé
Lors du débat d’orientation budgétaire, nous avons fait remonter le questionnement légitime de la population sur des sujets primordiaux
tel que la sécurité, les infrastructures communales, l’environnement, le social… Si ces sujets ont bien fait l’objet d’un
riche débat débouchant sur une nécessité d’investir sur ces domaines, nous n’en trouvons malheureusement pas la traduction
financière dans le budget prévisionnel 2022 qui a été soumis à délibération. A vous de juger : sur les 3,6 millions d’euro d’investissement
prévus, aucun ne concernent la rénovation des bâtiments communaux, rien sur la réalisation d’une maison de santé,
pas grand-chose sur la mise en sécurité des voiries hormis les routes de St-Clar et de Lamasquère. Quant à la mise aux normes
environnementales rendue obligatoire par la loi pour la station d’épuration et l’éclairage public, le Maire renvoie systématiquement
leur réalisation sur les gestionnaires de ces réseaux. Mais sachez que la facture sera payée par les St-Lysiens ! Une fois de
plus, nous assistons impuissants à des choix budgétaires qui ressemblent plus à une gestion à la petite semaine qu’à une mise
en œuvre d’une politique communale dédiée au bien être des St-Lysiens.
SAINT-LYS EN VIE

Jean-Pierre Michas

Le CPAR, conséquence directe des choix du maire en 2020

En décembre 2020, une décision prise en petit comité par le maire et ses proches, sans faire de bruit, sans publicité, sans concertation,
sans conseil municipal, s’avère aujourd’hui catastrophique, avec pour conséquence directe la perte des locaux de « la joie
de vivre » et l’installation d’un CPAR.
En décembre 2020, un rapport du Comité régional de l’Habitat et de l’Hébergement, présidé par Jean-Emmanuel BOUCHUT,
Directeur de l’Aménagement de la DREAL Occitanie, établi que la commune de Saint-Lys a refusé une exemption de carence
proposée par le préfet ! Information confirmée depuis par Serge Deuilhé, en réponse à une de mes questions en CM le 14 mars
2022 (disponible sur YouTube).
Serge Deuilhé est élu depuis 2008, 1° adjoint à l’urbanisme en 2014 et maire/vice-président au Muretain agglo depuis 2016. Malgré
l’urbanisation galopante que connait Saint-Lys, le taux du logement social reste bloqué à 11.74% depuis 10 ans. Incapable
de mener une politique de l’habitat cohérente, l’acceptation de la carence, sans combat, signe un abandon de responsabilité.
Un abandon de souveraineté que Saint-Lys va payer au prix fort
Refuser l’exemption de carence, c’était accepter la mise sous tutelle de l’urbanisme par le préfet et l’EPFO, accepter de perdre le
droit de préemption, accepter de s’en remettre au petit bonheur la chance !
En acceptant l’exemption, nous serions restés maitres de notre destin au lieu d’être enchainés aux décisions de sociétés privées
telle qu’ADOMA.
En acceptant l’exemption, nous aurions pu préempter les locaux de « la joie de vivre », bâtir un projet alternatif (voir programme
du candidat Deuilhé) et ainsi éviter l’arrivée du CPAR en fin 2022.
Je ne vois qu’un mot à dire lorsque 3 à 4 personnes prennent des décisions aussi calamiteuses pour le quotidien et l’avenir des
saint-lysiens, soutenues aveuglément par la majorité : Démission !
Jean pierre Michas, conseiller municipal indépendant Site lesaintlysien.com – Facebook lesaintlysien – Twitter @LeSaintlysien

Aller au contenu principal